Julie : quand on est dépressive

noyade.jpg

C'est un peu le billet "à bout de forces" que j'écris là. Après Sara et ses malheurs avec les hommes voici mon bilan de moral pas très éloquent.

Comme vous j'ai des hauts et des bas, sauf que chez moi les bas sont plus que bas. Dès que ca ne va pas je me dis que c'est trop dur, que je n'en suis pas capable et que je n'y arriverai pas. Je n'ai plus envie de rien, plus envie de me divertir, plus envie d'arranger les choses, juste de ne plus penser, ne plus avoir mal et ne plus chercher de solutions.

La cause principale de ces bas ? Les autres. Chez moi contrairement à la plupart des gens je n'ai pas de juste milieu, soit j'aime très très fort, soit je déteste tout aussi fort. Pour résumer, si je vous accepte dans ma sphère privée vous pouvez me rendre la plus heureuse du monde mais aussi me détruire complètement. C'est ce qui peut se passer avec ma famille, mes amis, mon patron...alors imaginez la personne dont je suis amoureuse !

Dans les moments comme aujourd'hui où je sens que je le perds, mon monde n'a plus de sens. J'y peux rien je suis comme ca, les "ce n'est qu'un mec" ou "tu en trouveras d'autres" voire pire les "c'est pas la fin du monde" sont les plus grosses conneries que je puisse entendre. Personne n'est à ma place et ne se doute de ma façon de ressentir ce qui vient des autres, ni la façon dont je peux être atteinte.

Voilà pourquoi j'aimerai être quelqu'un d'autre. Quelqu'un de plus dur, de moins généreux et qui pense d'abord à soi. En ce moment mon monde tourne tout seul sans que je n'en vois l'utilité. Et plus j'avance dans la vie plus je me dis que cette expérience n'est pas faite pour les gens comme moi. Nous n'avons pas les épaules assez larges, nous ne supporterons pas les épreuves aussi facilement.

Comment sortir la tête de l'eau quand la seule envie que l'on éprouve est de se laisser couler et que nous n'aurons pas la force de nager jusqu'à la surface. Pourquoi subir autant de choses alors que la vie est sensée être une expérience géniale ? Je ne trouve plus les arguments pour m'en convaincre et petit à petit je coule, je coule, je coule...

Bisous Bisous

Julie

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tite Delph 13/07/2012 22:48

Je te comprends, pour la simple et bonne raison que je suis pareille. C'est mon trouble borderline qui me provoque de tels états. Toujours un pied sur le fil. Noir ou blanc. J'aime ou déteste. Suis
raide dans mes propos parfois, parce qu'un rien prend des proportions surdimensionnées. Tiens bon, continue de t'accrocher surtout et si tu sens que tu coules, demande de l'aide avant de franchir
certaines frontières comme la dernière fois :-( Je t'embrasse bien fort, courage

2girlsinparis 16/07/2012 11:00



Merci pour ton commentaire.


Cette fois j'essaie de ne pas me décourager ni de sombrer aussi bas que la dernière fois. Mais il faut se battre sans arrêt et parfois on s'épuise un peu.


Aujourd'hui tout est un peu plus éclairci comme le temps à Paris ^^


Bisous à toi


Julie



la chauve-souris 13/07/2012 16:21

choppe la bouée! choppe la bouée!
sérieusement, il n'y a rien à dire dans ces périodes-là, car comme tu le dis toi seul sais ce que tu ressens.

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog